Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

André Bernard : Mettre en mouvement un plan d’accompagnement

Si les Gaulois craignaient que le ciel leur tombe sur la tête, on peut dire qu’il nous est vraiment tombé sur la tête. Les précipitations sont de caractère exceptionnel puisque on a enregistré 464 mm d’eau soit 72 % de plus que la moyenne de ces trente dernières années.

Ces records de précipitations sont un désastre pour les agriculteurs : à commencer par la cerise qui est fortement impactée – une partie des récoltes est perdue ; cette situation très humide génère de gros problèmes sanitaires qu’il est difficile de combattre avec dans certains cas une impossibilité de pénétrer dans les parcelles pour traiter. On s’achemine vers une campagne catastrophique qui vient anéantir tous les efforts faits par les agriculteurs sur la qualité des produits.

A cette situation de crise exceptionnelle qui touche l’ensemble du département et toutes les filières (certaines plus que d’autres, j’en conviens) il va falloir trouver des solutions à la hauteur du problème pour éviter que cette crise catastrophique génère des abandons d’activités dus à des difficultés financières.

On ne peut pas agir sur le climat, certes, mais on doit tous ensemble,  la profession agricole avec les Pouvoirs Publics, construire un plan de sauvetage pour permettre à chaque agriculteur de supporter un évènement dont ils ne sont pas responsable. Les jeunes agriculteurs ou ceux qui ont investi sont les plus vulnérables.
Dès la semaine dernière dans le cadre de la Confédération Générale de l’agriculture, en présence de M. Le Préfet, on a ouvert déjà un certain nombre de dossiers. L’orage de lundi soir qui a touché l’ensemble du département nous amène à passer à un cran au-dessus. Des missions d’expertise sur le terrain vont avoir lieu et samedi 16 juin va se tenir une réunion de crise exceptionnelle avec l’ensemble des organisations agricoles du département, les services de l’Etat, les collectivités et les parlementaires. L’objectif : mettre en mouvement un plan d’accompagnement.

Je suis conscient de la situation et nous ferons tout pour accompagner les agriculteurs dans ces moments difficiles.

Cette actualité climatique très importante ne doit pas nous faire oublier les préoccupations nationales : l’importation de l’huile de palme qui est identique au problème que l’on retrouve avec l’importation des cerises de Turquie.
Par rapport aux Etats Généraux de l’alimentation, le monde agricole reste très déçu sur ce qui a été obtenu dans le cadre de cette loi sur laquelle nous avions mis beaucoup d’espoir. Autant de travail pour un si petit résultat, ce n’est pas très encourageant pour l’avenir.