Vous êtes ici : Accueil > La Chambre d'agriculture des Alpes de Haute-Provence > Nos positions > Parole d'Élu

Parole d'Élu

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

4 septembre 2020,

La critique est aisée, mais l’art est difficile...

Cette expression du 18e siècle illustre parfaitement le contexte qui prévaut s’agissant de la gestion des populations de gibiers. Confiée aux chasseurs, la régulation des espèces sauvages n’est pas un exercice facile. Le partage des espaces naturels, la persistance de dégâts dans certains secteurs sont autant de motifs qui peuvent susciter des tensions, voire des incompréhensions.

Grâce à un dialogue permanent entre chasseurs et agriculteurs, on sait dans le cadre d’échanges réguliers et apaisés trouver des solutions adaptées à l’échelle locale. De nombreux agriculteurs sont chasseurs et il est essentiel, lorsqu’on est confronté à des difficultés de privilégier la concertation sur le terrain aux dépens d’oppositions départementales stériles.

Par ailleurs, au même titre que les agriculteurs, les chasseurs contribuent eux aussi à l’animation économique et sociale de nos territoires. Au même titre que les agriculteurs, leur activité est dénigrée par l’opinion publique et, régulièrement, ils subissent les attaques d’une société bien-pensante qui raille à tort leurs pratiques qu’elle méprise. Enfin, au même titre que les éleveurs, la faune sauvage est fortement impactée par le loup qui, en plus de la prédation, en modifie le comportement.
Ces quelques exemples illustrent parfaitement la nécessité de faire front commun avec les chasseurs pour gagner la bataille de l’opinion et persuader les plus obstrues que la nature a besoin de l’intervention de l’homme pour conserver des paysages diversifiés et toute la richesse de sa biodiversité.

Jean-Luc Ferrand,
membre du bureau de la Chambre d’agriculture 04