Vous êtes ici : Accueil > La Chambre d'agriculture des Alpes de Haute-Provence > Nos positions > Parole d'Élu

Parole d'Élu

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

17 novembre 2022,

Un tsunami pour nos exploitations d’élevage

Annoncée dans la continuité de la Pac actuelle, la présentation, dernièrement, des règlements qui encadreront la mise en œuvre de la Pac pour la période 2022-2027 révèle désormais des points de vigilance dont la correction est indispensable pour notre agriculture départementale dont 70 % de la SAU, toujours en herbe, est valorisée par plus de 700 exploitations en élevage. Deux points nous alertent particulièrement. Il s’agit de la non prise en compte, pour les exploitations individuelles, des surfaces en estives collectives pour accéder à l’écorégime (80 euros par hectare admissible) ainsi que l’introduction d’un critère de chargement minimum, fixé à 0,2 UGB par hectare, parmi les critères d’entretien minimal pour la définition de l’activité agricole. Quand on sait que dans notre département, nombreuses sont les exploitations dont le taux de chargement se situe entre 0,05 et 0,1 UGB par hectare, on peut légitimement s’indigner face à de telles annonces. La confirmation de ces deux dispositions aurait l’impact d’un tsunami sur nos exploitations d’élevage. Pire, elle remettrait en question l’équilibre économique, parfois précaire de nos élevages pastoraux, dont la valorisation de surfaces ingrates et peu productives est reconnue d’intérêt général dans le code rural. À ce stade des discussions, je ne peux pas imaginer que l’État français maintienne ces deux critères. L’ensemble de la profession agricole est, dorénavant, mobilisé pour défendre la reconnaissance de la continuité des pratiques entre les exploitations et les estives collectives ainsi que l’adaptation des seuils de chargement planchers pour les critères d’entretien des terres, adaptés aux caractéristiques géographiques et climatiques de nos espaces pastoraux méditerranéens. Vous pouvez compter sur mon engagement.

 

Frédéric ESMIOL,
Président de la CA04