Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Couverture des sols en ZVN : ne tardez pas à semer !

ZONES VULNÉRABLES AUX NITRATES | La mise en place d’une couverture végétale intermédiaire du sol est obligatoire dans certaines conditions dans les communes classées en zones vulnérables aux nitrates d’origine agricole. Quelques rappels utiles…

Depuis 2017, 15 communes du plateau de Valensole sont classées en zones vulnérables aux nitrates. Tous les agriculteurs exploitant des parcelles sur ces communes doivent mettre en oeuvre différentes mesures visant à réduire les risques de pollution des eaux. Le raisonnement de la fertilisation azotée, la réalisation d’un plan prévisionnel de fertilisation et le renseignement d’un cahier d’épandage sont les mesures qui ont normalement déjà dû être mises en place par les exploitants. A l’aube d’une nouvelle campagne, il nous semble important de revenir sur une mesure que chaque exploitant agricole doit connaître et réaliser selon sa situation.

Cette mesure oblige l’implantation d’une couverture végétale du sol entre la culture qui vient d’être récoltée (ou qui sera récoltée avant la fin de l’année 2018) et la culture qui sera implantée dans les mois à venir. Ce couvert végétal captera l’azote présent dans le sol et évitera le lessivage des nitrates vers la nappe phréatique ou les sources. L’obligation de mise en place de ce couvert dépend essentiellement de la date à partir de laquelle l’agriculteur envisage d’implanter la culture de la future campagne. Si cette culture à venir doit être implantée en automne, il n’y a pas d’obligation d’implantation d’une couverture intermédiaire du sol. Si la culture principale à venir doit être implantée en hiver (en gros à partir de début janvier 2019) ou au printemps 2019, il est obligatoire de mettre en place une couverture intermédiaire du sol. Pour le département des Alpes-de-Haute-Provence, cette couverture végétale intermédiaire doit être semée avant le 1er octobre et rester présente au minimum jusqu’au 1er décembre.

Pas d’obligation de résultats

A la différence des bandes tampons ou des jachères, il n’y pas de liste d’espèces autorisées pour ces couverts végétaux intermédiaires en zones vulnérables. L’agriculteur est libre de choisir l’espèce ou les espèces les mieux adaptées à sa situation. Il n’y a pas non plus d’obligation de résultat, c’est-à-dire d’observer la levée des végétaux ou le recouvrement du sol.
Il y a par contre une obligation de moyens, c’est-à-dire que l’exploitant doit pouvoir prouver qu’il a semé un couvert. Rien n’indique dans la règlementation qu’il faille recourir à des semences certifiées ou achetées. L’utilisation de semences de ferme est tout à fait possible.
Sauf sur des parcelles conduites en techniques culturales simplifiées, la destruction après le 1er décembre du couvert doit obligatoirement se faire par une action mécanique ou par le gel. La destruction chimique du couvert est interdite. Notez enfin que si la culture de la campagne 2017-2018 (celle actuellement en place) est toujours présente le 15 octobre, il n’y a pas d’obligation de mise en place d’une couverture intermédiaire du sol même pour une culture à venir implantée en hiver ou au printemps.

Contrairement à l’année 2017, les conditions météorologiques plutôt favorables des derniers mois sont de nature à laisser penser que le semis d’un végétal adapté puisse lever. Sur des parcelles dont la culture à venir sera implantée en début d’année 2019 et au printemps 2019 (donc avec obligation de couverture intermédiaire), il semble nécessaire de ne pas tarder à implanter ce couvert pour avoir les meilleures chances de levée.

C. Charbonnier, CA 04

Pour aller plus loin et prendre connaissance des autres mesures en vigueur dans les Alpes de Haute-Provence, cliquez ici
La Chambre d'agriculture organise également une formation spéciale zones vulnérables le 16 novembre 2018 à Riez. Inscriptions au 04 92 30 92 93.