Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Dernière session de la Chambre d'Agriculture des Alpes-Maritimes

Une dernière session de la Mandature, ce mardi 30 octobre 2018, au lycée horticole d'Antibes, où la Chambre d'Agriculture a été accueillie par son président, Danièl Veyssi et son nouveau Directeur, Nicolas Bourgeois.

"C’est avec une grande émotion et néanmoins une grande fierté que je voudrais ouvrir aujourd’hui les travaux de la dernière session de notre mandature 2013-2018.
En effet, que de travail accompli tous ensemble ! Nous, élus, avec les salariés de la Chambre et des établissements associés, et avec le concours de tous nos partenaires institutionnels ou privés.

C’est le travail fait sous l’impulsion du syndicalisme, dont je remercie les représentants pour leur implication. C’est le travail d’élus bénévoles, convaincus de l’importance du collectif et de l’intérêt général, des élus investis dans leurs dossiers et leur délégation, des élus présents sur le terrain au côté de tous les agriculteurs du département, et spécialement de ceux qui en ont le plus besoin.

Je suis également très fier du travail produit par notre équipe de salariés de la Chambre, qui au cours de ces 6 années a construit et porté un grand nombre de projets et actions, dans des conditions de moins en moins favorables au développement de l’agriculture : je veux parler de la multiplication des crises sanitaires et des évènements climatiques, de la pression environnementale pour un changement des modes de culture et d’élevage, de la réduction drastique des financements publics qui oblige nos établissements à revoir leur modèle économique.
Dans ce contexte difficile, c’est une véritable équipe qui s’empare tous les jours de nos projets pour les mener à bien.
Je vous remercie tous très chaleureusement !

Extrait du discours d'ouverture de Michel Dessus, Président de la Chambre d'agriculture des Alpes-Maritimes


Les points d'actualité présentés lors de la session

Le loup,

Au 30 septembre 2018, on comptabilise 643 attaques pour 2304 victimes  sur le département.
Au cours de l’année 2018 il a été délivré sur le département 42 arrêtés de tirs de défense renforcée et 6 arrêtés de tirs de renforcés ce qui a permis le prélèvement  de 14 loups sur le département.
Avec l’atteinte du quota  national de 43 loups autorisés, une rallonge de 8 animaux a été autorisée jusqu’au 31/12/2018 grâce à la demande de la profession.
Dans les faits on constate que sur la même période en 2017 nous étions à 53 attaques et 204 victimes supplémentaires. Cette tendance à la baisse est probzablement dûe au retard de montée en alpage suite à la météo. 
Accédez aux chiffres de la prédation du loup 

La PAC : le paiement des dossiers et son évolution 

Sur les 35 dossiers concernés par une visite rapide 2018 ou un retour de visite rapide 2015, 29 restent encore en attente des résultats de contrôle et donc de la liquidation des aides.
Les services de la DDTM traitent au jour le jour les retours de contrôles de l'ASP, afin que les paiements des aides aux exploitations concernées puissent avoir lieu lors de la prochaine liquidation annoncée pour le mois de novembre. La dernière, au mois de décembre, correspondra au paiement du solde. (intervention de la DDTM).

Un sujet qui préoccupe les élus : la possibilité pour les communes pastorales de percevoir directement les aides à la place de l’éleveur qui loue les pâturages. "Soyons vigilants, les aides de la PAC sont destinées avant tout aux agriculteurs !"

Projet de panneaux photovoltaïques 
La session de la Chambre d’Agriculture a pris un délibération votée à l'unanimité qui exprime un positionnement fort : aucune installation photovoltaïque ne devra être rendue possible sur des terres de valeur agronomique ou pastorale, exploitées comme en friche. Les installations d’autres natures (sur bâtiments ou espaces non agricoles) devront quant à eux, pour éviter toute dérive, être étudiées au cas par cas.

Xylella fastidiosa
Le Président Dessus est fortement contre l'arrachage systématique des oliviers et demande la mise en place de piégeage, peu couteux et faciles à installer. "Il nous faut des moyens pour observer la maladie et tester des solutions comme le piégeage. Nous attendons toujours des réponses de l'Etat sur cette demande".

Maraichage
De plus en plus les ravageurs ou des maladies se développent sur la totalité des cultures maraichères. Ces problèmes peuvent provoquer de graves dégâts sur les récoltes et mettre en péril l’équilibre économique d’une exploitation. De moins en moins de molécules sont mises à disposition des producteurs sur ces cultures. Il faut  proposer des méthodes alternatives.
La Chambre d'Agriculture est associée à deux projets pour proposer aux producteurs des méthodes de lutte alternatives :

  • le  projet FORMAE, il s’agira de travailler sur des bio agresseurs d’origine tellurique, notamment fusarium oxysporum et fusarium sp lactucae. Mise en place de variétés résistantes, et mise en place de méthodes de désinfection agroécologie.
  • Le projet national est un CasDar qui permettra de trouver et d’implanter les auxiliaires naturels et indigènes contre la Drosophile suzukii en culture de fruits rouges. La Chambre d’Agriculture aura pour mission avec l’appui de l’INRA, d’observer en exploitations et dans la nature les Drosophiles indigènes et le comportement des auxiliaires.  Ce projet important pour le département, espérons-le, apportera une solution à nos exploitants, car un gros travail de diffusion est aussi programmé dans le cadre de ce projet. 


Au CREAM le développement de la protection biologique intégrée est une préoccupation de chaque jour, à cette occasion et dans le cadre du projet IS@M uncarnet pédagogique sur les ravageurs ainsi que leurs auxiliaires a été édité, il permet de reconnaître ces insectes.

Calamités
2018 a connu 4 épisodes d'aléas climatique (vent, neige, grêle), qui ont endommagés les cultures et les infrastructures. La Chambre d'Agriculture a activé sa cellule de crise dans les heures qui ont suivies et reste à l'écoute des agriculteurs en difficulté.