Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous > Dossier : Valorisation de la laine, la filière reprend des couleurs

Dossier : Valorisation de la laine, la filière reprend des couleurs

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

En France la laine est souvent considérée comme un sous-produit de la production ovine. Il est de coutume de dire que sa vente couvre à peine les frais engagés pour la tonte des moutons et la laine est donc généralement peu valorisée par les éleveurs ovins. Pourtant, la hausse des cours associée à un intérêt de plus en plus marqué par éleveurs, artisans et grand public pour cette matière tendrait à redonner un peu de couleur à une filière française qui ne demande qu’à se structurer.

Au programme de ce dossier, retrouvez différents articles, reportages, interviews... :
  • La renaissance d’une matière noble
    Depuis quelques années, de plus en plus d’initiatives fleurissent çà et là pour valoriser la laine. Point de départ d’une redynamisation de la filière ?
     
  • La tonte : un métier, une tradition, une ambiance
    Au GAEC de Haute-Bléone, à Blégiers, les éleveurs trient la laine afin de la vendre à un meilleur prix. Une opération contraignante qui permet néanmoins d’apporter un peu de valeur ajoutée à ce qui est encore largement considéré comme un déchet.
     
  • La literie en laine : le retour en douceur d’un métier d’antan
    Installée à Eyguians, Natacha Fée est matelassière artisanale depuis plus de 20 ans.
     
  • « Dans le feutre, il y a un côté magique »
    Installée à Embrun, Anne Massot s’est découvert une passion pour le feutre qui l’a conduite à en faire son métier. Elle travaille pour une part non négligeable avec de la laine issue d’élevages locaux.
     
  • « L’avenir de la filature passera par de la valorisation grand public de sa production »
    Véritable patrimoine local, l’annonce de la fermeture de la filature du Valgaudemar basée à Saint-Firmin en août dernier avait été un choc. Contre toute attente, Pierre André, le patron de Vintage Spirit company, basée à Chabottes, n’a pas eu le coeur de laisser ces machines classées au patrimoine industriel français partir aux mains des ferrailleurs et a finalement décidé de se porter acquéreur de la filature début décembre.
     

Téléchargez le dossier complet de l'Espace Alpin n°341