Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous > Épandages de boues : une activité dans la continuité

Épandages de boues : une activité dans la continuité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

En 2018, ce sont 1554 tonnes de Matières Sèches (MS) de boues en provenance de 19 stations d’épurations (04 et hors 04) qui ont été épandus sur 507 ha des Alpes de Haute-Provence.

Le 2 juillet s’est tenu à la chambre d’agriculture à Digne le comité d’Orientation de la Mese (Mission d’Expertise et de Suivi des Epandages de Boues) des Alpes de Haute-Provence. Ce comité vise à faire le bilan de la campagne d’épandage en présence notamment de l’administration, de l’Agence de l’Eau, du Conseil Départemental et des bureaux d’études.
La Mese étudie les dossiers d'épandage transmis par les producteurs de boues à l'administration. Cette expertise est centrée sur les aspects agronomiques. Les dossiers expertisés sont : l'étude préalable, le(s) programme(s) prévisionnel(s) et le bilan agronomique annuel.
En 2018, 49 expertises ont été rendues. Des visites de terrains peuvent être effectuées, afin de confirmer les écrits des dossiers. La Mese participe également à des réunions à la demande des bureaux d’études, des collectivités… « Dans le département, les épandages de boues se déroulent globalement bien grâce à une bonne implication des différents acteurs », a rappelé le dernier comité. Sur les quelques dossiers où des difficultés ont pu être rencontrées, les bureaux d’études ont joué le jeu, en retranscrivant la réalité des faits dans leur bilan agronomique. « Par le passé, à l’occasion de visites terrains, des incohérences avaient été relevées entre le bilan agronomique et la réalité de terrain. »

En 2013, les deux plateformes de compostage de boue du département (Manosque et Puimoisson) ont commencé à normer leur compost. Cette normalisation les dispense de plan d’épandage.
« C’est pourquoi, il y a eu une baisse de la quantité de boue épandue à cette époque. » Depuis cette date, l’activité s’inscrit dans une relative continuité. En effet, si certaines stations d’épurations arrêtent la valorisation agronomique (préférant une autre filière), d’autres font le choix inverse.
Par ailleurs, les petites communes du département sont souvent équipées de lagune, dont le curage est nécessaire tous les 15 à 20 ans. Chaque année, il y a donc généralement au moins 1 à 2 curages de lagunes. En 2018, il s’agissait des communes d’Auzet et de Faucon-du-Caire.
En 2018, ce sont 1554 t MS de boues en provenance de 19 stations d’épurations (04 et hors 04) qui ont été épandus sur 507 ha.
43 exploitations agricoles du département ont participé à cette campagne.
Pour information, à ce jour la surface disponible dans les divers plans d’épandage actifs du département s’élève à 5 159 ha (dont 4 896 ha épandables).

Une convention quatripartite

La Mission d’Expertise et de Suivi des Epandages de Boues (MESE) est assurée par la Chambre d’agriculture depuis une vingtaine d’année. Elle s’inscrit dans le cadre d’une convention quadripartite (Agence de l’Eau, DDT, Conseil Départemental et Chambre d’agriculture). Elle est soutenue financièrement par l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse ; la Chambre d’agriculture en autofinançant une partie.
En 2019, la mission se poursuit dans le cadre du 11e programme de l’Agence de l’Eau (2019-2024). A ce titre, un nouvel accord cadre sera bientôt signé entre les différents partenaires. Dorénavant, le Conseil Départemental, partenaire technique de la mission, apportera également un soutien financier à la mission.

Nicolas Milesi, CA 04