Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Fièvre charbonneuse : Syndicats et élus montent au créneau

Tandis que représentants de l’Etat et élus s’efforcent de trouver des solutions pour enrayer l’épizootie dans les plus brefs délais, la FDSEA 05 et JA 05 ont porté plainte contre X dans l’espoir de faire la lumière sur les causes de la résurgence de cette maladie.

S’il est difficile de déterminer les causes à l’origine de l’épizootie de fièvre charbonneuse, due pour rappel à une bactérie (Bacillus anthracis), qui frappe les élevages des Hautes- Alpes depuis deux mois, les services de l’Etat privilégient les causes météorologiques. « Il est très difficile de prévoir où et quand les spores de cette bactérie vont ressortir de terre, ce qui intervient très souvent à la faveur d’aléas climatiques. Selon les premiers résultats d’une étude épidémiologique réalisée par des experts de l’ANSES, le facteur météorologique aurait facilité cette remontée, avec une alternance de périodes très humides (pluie/neige) et très sèches », estime la préfecture sur la page web dédiée qui a été mise en ligne pour l’occasion.

Une explication qui ne satisfait guère la FDSEA 05. Le syndicat a en effet déposé plainte le 23 août contre X pour "connaitre la vérité" sur la résurgence de cette maladie. Le syndicat des Jeunes agriculteurs (JA) a fait de même le lendemain. De son côté, la région SUD-Paca a annoncé qu’une fois le bilan de l'épidémie connu, elle ouvrirait son dispositif d'aide face aux calamités agricoles aux éleveurs les plus touchés, en coordination avec la chambre d'agriculture et la Maison régionale de l'élevage.

A l’instar de la préfète des Hautes- Alpes Cécile Bigot-Dekeyzer, qui avait demandé au ministère de l'Agriculture et de l'alimentation de solliciter tous les pays européens pour mobiliser les stocks qui seraient disponibles, le président du conseil régional et député européen Renaud Muselier a annoncé par ailleurs qu’il avait effectué une demande équivalente le 20 août par courrier auprès du ministre Stéphane Travert et du Commissaire européen en charge de l'Agriculture Phil Hogan. Il a également écrit aux laboratoires espagnols SYVA, seuls producteurs du vaccin, « afin de leur demander une reprise d'activité anticipée pour répondre à la crise sanitaire ». « L'enjeu est considérable et la situation critique : les éleveurs confrontés à la situation doivent être soutenus et accompagnés, notamment pour ce qui concerne la vaccination des troupeaux. C'est une véritable urgence pour les agriculteurs qui voient déjà leurs revenus chuter » alerte le conseil régional dans un communiqué publié le 23 août. Lors de la venue de la présidente de la FNSEA Christiane Lambert le 27 août dans les Hautes-Alpes, des éleveurs ont en effet confirmé auprès de l’élue syndicale qu’il se disait d’ores et déjà qu’il « ne [fallait] plus acheter de viande haut-alpine ».

23 foyers confirmés et 54 bêtes mortes

Le 30 août, la députée Pascale Boyer a annoncé à son tour avoir saisi le ministre de l’Agriculture « afin que les éleveurs victimes de la perte de leurs bêtes soient indemnisés rapidement. Les conséquences de cette nouvelle épreuve s’ajoutent aux difficultés importantes rencontrées par la profession sur notre territoire de montagne. En outre, si les services de l’Etat ont pris toutes les mesures sanitaires nécessaires pour contenir l’épidémie, j’ai demandé à Madame la préfète la mise en place d’un dispositif spécifique susceptible d’accompagner les éleveurs concernés », a précisé la parlementaire. Selon les chiffres de la préfecture, on compte actuellement, dans le département des Hautes-Alpes, 23 foyers de fièvre charbonneuse confirmés. Sur l’ensemble de ces foyers, 54 bêtes sont mortes, en large majorité des bovins. Une suspicion forte concerne le décès d’un bélier le 25 août à Ancelle et des analyses sont en cours.
Les communes concernées sont Ancelle, Chorges, Gap (Romette), La Bâtie-Neuve, La Fressinouse, La Roche-des-Arnauds, Montgardin, Rambaud, Saint-bonnet-en-Champsaur, Saint-Étienne-le-Laus, Saint-Léger-les-Mélèzes, Saint-Michel-de-Chaillol et Théus.
 

Téléchargez la suite de l'article de l'Espace Alpin n°330