Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Flavescence dorée : le périmètre de lutte obligatoire étendu à 64 000 hectares

Carte ©Draaf Paca Le périmètre de lutte obligatoire contre le vecteur de la flavescence dorée, Scaphoideus titanus, a été étendu à 64 000 ha en 2018 suite à la découverte, lors des prospections 2017, de nouveaux foyers de contamination.

Détectée pour la première fois en 2002, la flavescence dorée ne cesse depuis de s’étendre en région Paca. En 2017, de nouveaux foyers ont été découverts. Pour 2018, la surface du périmètre de lutte obligatoire est donc une nouvelle fois étendue, passant de 57 000 ha en 2017 à 64 000 ha en 2018. La Draaf-Paca vient de diffuser les consignes pour cette campagne.

La flavescence dorée, détectée pour la première fois en nord Vaucluse en 2002, s’étend toujours à de nouveaux vignobles. 59 000 ha (plus de 60% du vignoble régional) étaient en périmètre de lutte obligatoire en 2017. Les vignobles les plus touchés sont toujours situés en périphérie des foyers découverts en 2013 (secteurs Courthezon, Alpilles, sud Durance) ou dans des secteurs à contamination historique où des reprises de la maladie sont observées depuis 5 ans (Buisson-Vaison la Romaine-Villedieu, Grillon). De nouveaux foyers ont également été découverts, lors de la dernière campagne de prospection, sur de nouveaux secteurs : Maubec (hors périmètre de lutte jusqu'en 2017), Mondragon, Mornas, Caderousse (en lien avec un important foyer découvert dans le sud de l'Ardèche en 2016 et en forte extension en 2017), Ste-Cécile-les-Vignes. Le périmètre de lutte est donc étendu pour 2018 à la vallée du Calavon, sa surface totale dépassant désormais les 64 000 ha.
Pourtant la maladie peut être contenue quand les mesures de lutte sont appliquées collectivement : surveillance des populations de vecteurs, traitements insecticides le cas échéant, prospection collective du vignoble. Il est de la responsabilité de tous de les mettre en œuvre pour limiter les conséquences économiques de cette maladie.
L’arrêté préfectoral organisant la lutte contre la flavescence dorée de la vigne en 2018 en région Paca définit les communes faisant partie du Périmètre de lutte obligatoire (PLO) contre cette maladie et contre la cicadelle Scaphoideus titanus vecteur de la flavescence dorée. La lutte est basée sur la réalisation de 3 traitements insecticides obligatoires contre le vecteur sur les parcelles destinées à la production de bois et plants de vigne (une couverture insecticide permanente est obligatoire en pépinières) et sur les communes suivantes du PLO :

En totalité

  • dans les Bouches-du-Rhône : Cabannes, Eygalières, Orgon et Rognes ;
  • dans le Vaucluse : Buisson, St-Marcellin-les-Vaison, St-Romain-en-Viennois, St-Roman-de-Malegarde, Vaison-la-Romaine, Villedieu, Violès et Visan.
     

Pour partie

  • dans les Bouches-du-Rhône : Lambesc ;
  • dans le Vaucluse : Camaret sur Aigues, Jonquières, Maubec, Puyméras et Travaillan.

Dans les autres communes du PLO, et sur une partie du territoire de Lambesc, Camaret-sur-Aigues, Jonquières, Maubec, Puyméras et Travaillan, 1 à 3 traitements sont rendus facultatifs de manière dérogatoire, du fait des efforts de lutte réalisés ces dernières années. Ces aménagements de lutte pour la campagne 2018 sont conditionnés à la réalisation des suivis sur le vecteur. Le nombre de traitements obligatoires sur chaque secteur est révisé chaque année, en fonction de l'évolution des populations d'insectes vecteurs, du taux de prospection et de l'état sanitaire du vignoble. Le nombre d’interventions à réaliser par commune ou partie de commune en 2018 est détaillé sur la carte et le tableau 1.


Secteurs à 2 (interventions sur larves) et 3 traitements

  • Première intervention insecticide : du 4 au 12 juin 2018. Dans la mesure du possible, intervenir plutôt en début de période pour les zones précoces ; en fin de période pour les zones tardives et les vignes gelées ou grêlées.
  • En agriculture conventionnelle, un renouvellement sera réalisé sur larves en fin de rémanence du produit phytopharmaceutique employé, soit entre le 18 et le 26 juin 2018. Dans le cas de l’emploi d’un produit phytopharmaceutique à longue rémanence (à base de thiaméthoxam), voir la note spécifique dans le paragraphe « Modalités d’interventions insecticides ». Une 3e intervention sera réalisée sur adultes de cicadelles courant juillet (date précisée selon le cycle de l’insecte dans une prochaine information).
  • En agriculture biologique, les trois traitements seront réalisés sur larves, avec un renouvellement à 10 jours.


Secteurs à 1 traitement (intervention unique sur larves)

  • Intervention unique : du 11 au 18 juin 2018. Dans la mesure du possible, intervenir plutôt en début de période pour les zones précoces, en fin de période pour les zones tardives et les vignes gelées ou grêlées.
     

Modalités d’interventions insecticides
Le traitement sera réalisé à l'aide d'un produit phytopharmaceutique bénéficiant de l'autorisation de mise sur le marché pour l'usage "vigne/traitements des parties aériennes/cicadelles", à la dose homologuée contre les cicadelles de la flavescence dorée (plus d’info : ephy.anses.fr/).
Toutes les parcelles incluses dans les secteurs à 1, 2 ou 3 traitements du périmètre de lutte obligatoire doivent faire l’objet du nombre de traitements indiqués ci-avant, y compris les plantiers. Tous les détenteurs de Vitis (y compris les collectivités et les particuliers) sont concernés par cette obligation.
Les collectivités doivent de plus respecter l'arrêté du 27 juin 2011 relatif à l'interdiction de certains produits phytopharmaceutiques dans les lieux fréquentés par le grand public ou des groupes de personnes vulnérables. Les particuliers doivent utiliser un produit portant la mention « emploi autorisé dans les jardins ».

  • En agriculture biologique (voir article en bas de page).
  • En agriculture conventionnelle : pour les secteurs à 1 traitement, réalisez un comptage sur vos parcelles en fin de rémanence de votre traitement. En cas de présence de cicadelles vectrices de la flavescence dorée, l'application pourra être renouvelée.

Suite à la mise en œuvre du nouveau catalogue des usages, les usages « cicadelles de la flavescence dorée » et « cicadelles vertes » ont été rassemblées sous un même usage « cicadelles ». Or certains produits n’ont pas d’efficacité prouvée pour les deux insectes et les restrictions d’usage ne sont pas indiquées sur le site ‘e-phy Anses’. Ces restrictions figurent en revanche sur les étiquettes. Dans le cadre de la lutte contre le vecteur de la flavescence dorée, les produits à base d’indoxacarbe ou d'huile d'orange douce, pour lesquels nous n’avons pas de preuve d’efficacité contre cet insecte, et bien que listés sous l’usage générique « cicadelles », ne doivent pas être utilisés.

L'intervention visant les cicadelles de la flavescence dorée peut être couplée à celle visant la 2e génération de tordeuses de la grappe, si celle-ci est nécessaire, en employant un produit adapté, efficace contre les deux insectes et en veillant à respecter les conditions d'utilisation de la spécialité choisie (dose, action ovicide ou larvicide vis-à-vis des vers de grappe). Renseignez-vous auprès de votre conseiller.

Dans le cas de l’utilisation d’un produit phytopharmaceutique à longue rémanence (à base de thiaméthoxam) :
- Les produits contenant cette substance active associée au chlorantraniliprole seront réservés aux interventions couplées cicadelles de la flavescence dorée / traitement ovicide vers de grappe.
- Pour les vignes hors production de bois et plants :*si cette substance active est utilisée pour le premier traitement larvicide : le renouvellement de l’intervention à 14 jours n’est pas nécessaire (traitement unique sur larve, puis intervention estivale sur cicadelles adultes dans les secteurs à 3 traitements obligatoires). *Si elle est utilisée pour le second traitement larvicide, cette intervention ne dispense pas de réaliser le traitement estival sur adultes dans les secteurs à 3 traitements obligatoires.
- Pour les pépinières : le renouvellement de l’intervention sera réalisé au bout de 30 jours. Pour les vignes mères : *si cette substance active est utilisée pour le premier traitement larvicide : le renouvellement de l’intervention à 14 jours n’est pas nécessaire (traitement unique sur larve, puis intervention estivale sur cicadelles adultes). *Si elle est utilisée pour le second traitement larvicide, cette intervention ne dispense pas de réaliser le traitement estival sur adultes.
Pour la protection des pollinisateurs, en cas d’utilisation d'une spécialité à base de thiaméthoxam, respectez scrupuleusement les conditions d’emploi :
- N’utiliser une spécialité à base de thiaméthoxam qu’après la floraison de la vigne en-dehors des productions d’exsudats (consécutives aux attaques de Metcalfa, cochenilles…).
- Limiter l’utilisation de la préparation aux vignes avec un couvert de graminées ou n’ayant pas de couvert végétal.
- À défaut, rendre les plantes en fleurs et/ou avec des exsudats non attractives pour les abeilles dans la parcelle à protéger, en les broyant ou en les fauchant, avant le traitement et pendant toute la durée d'efficacité du produit (au minimum 35 jours).
- Ne pas traiter avec ces produits si une zone cultivée ou non cultivée adjacente est en fleur au moment du traitement de la vigne (5 m minimum).
- Ne pas appliquer en présence d’abeilles sur la parcelle (voir encadré).
Les produits à base de thiaméthoxam ne pourront plus être utilisés au-delà du 31 août 2018.

Source : Draaf Paca, note Flavescence dorée du 30 mai 2018
 

Les règles d’application
Pour toute application : respectez la réglementation sur les mélanges, notamment pour la protection des pollinisateurs ; respectez les modalités d’utilisation des produits phytopharmaceutiques telles que prévues dans l’arrêté du 4 mai 2017, qui remplace l'arrêté du 12 septembre 2006 :

  • mettre en œuvre tous les moyens appropriés pour éviter la dérive en-dehors de la parcelle ;
  • interdiction d'appliquer des produits phytopharmaceutiques par vent supérieur à 3 sur l'échelle de Beaufort ;
  • interdiction de pulvériser directement sur les éléments du réseau hydrographique ;
  • respecter les délais de ré-entrée dans les parcelles ;
  • gérer les fonds de cuve, les effluents phytosanitaires et nettoyer le matériel de pulvérisation conformément aux prescriptions de l'arrêté ;
  • utilisez du matériel bien réglé ;
  • épamprez impérativement avant le traitement pour optimiser son efficacité
  • si une vigne est située à proximité d'un lieu fréquenté par les enfants (crèche, halte-garderie, école, aire de jeux…) ou d'un établissement de santé (hôpital, maison de réadaptation fonctionnelle, maison de retraite, établissement accueillant des personnes handicapées…), respectez l'arrêté départemental fixant les mesures de protection des personnes vulnérables lors de l'application de produits phytopharmaceutiques. L'application peut être notamment réalisée en-dehors des jours et heures de présence des personnes vulnérables sur l'établissement.


Plus d'info : draaf.paca.agriculture.gouv.fr, rubrique ‘Résultats de la consultation’.

La lutte en AB
L’intervention spécifique contre la cicadelle de la flavescence dorée est impérative, même si un traitement contre les vers de la grappe a déjà été effectué à une date compatible. En effet, aucun produit utilisable en AB contre les tordeuses n’est efficace contre Scaphoideus titanus. L’intervention doit être réalisée à l'aide d'un produit phytopharmaceutique bénéficiant d'une AMM pour l'usage "vigne/traitement des parties aériennes/cicadelles", utilisable en AB. Dans le cadre de la lutte contre le vecteur de la flavescence dorée, les produits à base d'huile d'orange douce, pour lesquels nous n’avons pas de preuve d’efficacité contre cet insecte, et bien que listés sous l’usage générique « cicadelles », ne doivent pas être utilisés. Les seules spécialités utilisables sont donc celles à base de pyrèthre naturel. Il est préférable de ne pas réutiliser les fonds de bidons ouverts en 2017, mais d’utiliser un bidon neuf (la substance active est susceptible d’être dégradée par l’oxygène de l’air). 

  • Pour les secteurs à 1 traitement, réalisez un comptage sur vos parcelles 10 jours après traitement.
  • Pour les secteurs à 2 traitements, réalisez un comptage sur vos parcelles 10 jours après le 2e traitement. 

En cas de présence de cicadelles vectrices de la flavescence dorée lors du comptage, l'application pourra être renouvelée.
Pour plus d’informations, consultez la plaquette ‘Gestion de la flavescence dorée en viticulture biologique’ disponible sur le site www.itab.asso.fr, rubrique ‘Thématiques & filières’, puis ‘Viticulture’, mais aussi la synthèse des essais sur : www.fredonpaca.fr.

Protection des pollinisateurs
L'association de certaines molécules à visée phytopharmaceutique peut également faire courir un risque important aux pollinisateurs (effets possibles de synergies). Pour cette raison, il convient d’être extrêmement vigilant en matière de mélanges et de respecter l’arrêté ministériel du 7 avril 2010. Ce dernier prévoit dans son article 8 : que « durant la floraison ou au cours des périodes de production d'exsudats, au sens de l'article 1er de l'arrêté du 28 novembre 2003 susvisé, un délai de 24 heures soit respecté entre l'application d'un produit contenant une substance active appartenant à la famille chimique des pyréthrinoïdes et l'application d'un produit contenant une substance active appartenant aux familles chimiques des triazoles ou des imidazoles. Dans ce cas, le produit de la famille des pyréthrinoïdes est obligatoirement appliqué en premier ». Les mélanges extemporanés de pyréthrinoïdes avec triazoles / imidazoles sont donc interdits en période de floraison et d'exsudation de miellat.