Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Session de la CA04 et bilan de la mandature

A quelques semaines des élections professionnelles, la session de la Chambre d’agriculture était l’occasion pour le président Frédéric Esmiol de faire le bilan de ces six années de mandature.

« L'unité professionnelle retrouvée est notre plus grande fierté »

« Je veux vous dire tout le plaisir que j’ai eu à présider durant ces six années notre chambre d’agriculture, dira Frédéric Esmiol, à l'heure de dresser le bilan d'une mandature le 27 novembre dans les locaux de l’organisme consulaire. Combien j’ai eu de la chance de pouvoir m’appuyer sur une assemblée impliquée, responsable et assidue. Combien il est important pour nous, en tant qu’élus, de pouvoir collaborer avec des personnels techniques et administratifs dont l’engagement va bien au-delà de leur travail. »

Evoquant sa profession de foi proclamée, il y a six ans, Frédéric Esmiol s'enorgueillira d'avoir atteint son objectif. Et de mettre en exergue le travail exemplaire réalisé par les membres du bureau, les référents politiques et les délégués locaux. Avec une mention spéciale pour Jean-Paul Comte : « Il y a six ans, nous avons su, avec les Jeunes Agriculteurs, renouer avec l’unité professionnelle qui nous a tant fait défaut durant plusieurs années. Nous avons su tirer un trait sur le passé et travailler ensemble. Nous avons su concilier la fougue de la jeunesse avec l’expérience de l’équipe sortante et la sagesse de nos ainés. Cette unité professionnelle retrouvée est vraisemblablement notre plus grande fierté collective. Elle est un acquis précieux que nous devons tous défendre. Je ne sacrifierai rien qui pourrait la remettre en question. Aussi, je souhaite saluer le travail d’écoute et de compréhension que nous avons réalisé, en étroite collaboration avec les jeunes agriculteurs, pour présenter aux suffrages des agriculteurs à la fin du mois de janvier des candidates et des candidats qui permettront, j’en suis persuadé, de renouveler notre équipe professionnelle et de poursuivre notre action. » Et de s'adresser aussi à Yannick Becker de la Confédération paysanne : « réunir un bureau élargi était un acte fort d’ouverture, bien audelà des clivages professionnels donner du sens à l’universalité des intérêts agricoles s’enrichir de nos différences pour satisfaire l’intérêt général ».

Pour lire la suite, téléchargez l'article complet (...)
 

Le bilan d'une mandature, c'est aussi et surtout le bilan des actions entreprises par la chambre consulaire sur les dossiers endémiques et récurrents de l'activité agricole.

De l'installation aux calamités en passant par le loup

Mickaël Juran a évoqué la problématique de l'installation, Thierry Gaudin a fait le point sur les calamités agricoles, Jean-Paul Comte a fait le point sur l’action professionnelle menée et la décision des députés de maintenir le TO-DE, Sandrine Faucou a dressé le bilan de l'agriculture biologique, Gérard Brun a dressé le bilan de
la problématique de l'eau, Michel Margaillan a évoqué le dossier loup, Francis Solda a dressé le bilan des visites rapides, David Frison a fait le point sur la PAC, Frédéric Esmiol a fait le point sur les réunions des délégations locales.

Pour lire la suite, téléchargez l'article complet (...)
 

Également présentés lors de cette session de fin de mandat, les enjeux du futur nécessiteront audace et pragmatisme de la part de la nouvelle gouvernance.
« S’ouvrir aux autres tout en cultivant nos racines »

« La nécessité de travailler de concert sera l’un des enjeux majeurs pour la prochaine mandature, ajoutera Frédéric Esmiol en guise de profession de foi pour la future mandature. ».

Et de confirmer la volonté d'élargir l'exécutif de la chambre consulaire. « Réunir un bureau élargi, c’était s’enrichir de nos différences pour satisfaire l’intérêt général. Pour y parvenir, il fallait que chacun, dans son rôle, prenne ses responsabilités et partage cet état d’esprit ».

Le président de la Chambre consulaire mettra aussi en exergue la nécessité de s'entourer d'élus impliqués, mais aussi d'une opposition constructive. « Pour bien fonctionner, la chambre d’agriculture a aussi besoin de partenaires techniques, financiers et administratifs avec lesquels elle entretient des relations de travail franches et loyales. Pour bien fonctionner, nous avons besoin de lisibilité, nous avons besoin de notoriété. Pour autant rien ne se décrète, c’est sur le terrain au contact de nos interlocuteurs que nous ferons partager nos idées et permettrons à la chambre d’agriculture d’être cet interlocuteur incontournable, en matière de développement agricole et rural que nous défendons ».

Pour lire la suite, téléchargez l'article complet (...)


Également dans l'article :
- Le préfet Jacob : « il faut que le loup ait peur de l'homme »
- Prédation : une motion pour permettre aux louvetiers d’utiliser des lunettes de visée nocturne