Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous > Une étape franchie vers le renouvellement des vergers

Une étape franchie vers le renouvellement des vergers

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le projet "Vergers des Alpes à l'horizon 2030", porté par l'Agence de développement 05 en partenariat avec les Chambres d’agriculture 04 et 05, compte parmi les 28 lauréats de l'appel à manifestation d'intérêt « Structuration des filières agricoles et agroalimentaires » lancé par le ministre de l'Agriculture et l'alimentation.

Le projet "Vergers des Alpes à l'horizon 2030", porté par l'Agence de développement 05, compte parmi les 28 lauréats de l'appel à manifestation d'intérêt « Structuration des filières agricoles et agroalimentaires » lancé par le ministre de l'Agriculture et l'alimentation courant été 2018 et opéré par FranceAgriMer. La nouvelle a été communiquée par le ministère, qui a publié la liste des lauréats le 25 mars.

Cet appel s’inscrit dans le cadre de l’axe 3 du volet agricole du grand plan d’investissement concourant à l’« innovation et la structuration des filières », en lien avec les engagements pris par les acteurs économiques dans le cadre des plans de filière. Un communiqué du ministère indique qu’il a permis d’identifier des projets « structurants ou innovants, de dimension supra régionale, ou des projets pilotes, pour les filières agricoles et agroalimentaires, et qui nécessitent un accompagnement complémentaire aux dispositifs d'aide existants pour être mis en oeuvre ». Une première étape va permettre d’accompagner la « maturation des projets sélectionnés », en les accompagnant financièrement pour prendre en charge une partie des coûts d’ingénierie.

Le projet « Le verger des Alpes à l’Horizon 2030 », porté par l’Agence de développement des Hautes Alpes, en partenariat étroit avec les Chambres d’agriculture 04 et 05, rassemble les producteurs et neuf organisations de producteurs des Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes, deux syndicats ou groupements (le Syndicat des vergers de Haute-Durance et le Groupement des producteurs de fruits des Hautes-Alpes), ainsi que l’aval de la filière et notamment la transformation. « Ce qui a probablement joué en notre faveur, c’est que la quasi-totalité des opérateurs économiques sont partie prenante du dossier », analyse Sébastien Bellue, de l’ADDET 05, qui a assuré la présentation du dossier à Paris en janvier dernier avec les co-présidents du Groupement de producteurs de fruits des Hautes-Alpes Jérôme Samuel et Nicolas Richier. « On avait très bon espoir car on sait l’importance que le verger haut-alpin a pour le département. C’est une belle reconnaissance de la part de l’Etat, tout en sachant qu’on n’a passé que la première étape. A nous de monter un vrai projet global et commun. Ce qui nous fait plaisir, c’est que sur ce projet, tout le monde est autour de la table, qu’on soit en bio ou en conventionnel », commente Nicolas Richier.

200 hectares de vergers par an sur cinq ans

C'est donc une première étape franchie dans le projet de rénovation des vergers. Pour mémoire, il s'agira pour la filière arboricole des Alpes du sud de renouveler 200 ha de vergers par an sur cinq ans. « Au regard du vieillissement des vergers haut-alpins, c’est un projet très structurant pour le territoire », s’est réjoui dans un communiqué la préfète des Hautes-Alpes Cécile Bigot-Dekeyzer.
Le député Joël Giraud a également salué la sélection du dossier "Vergers des Alpes à l'horizon 2030" pour la première phase de l'appel à manifestation d'intérêt "Structu-ration des filières agricoles et agroalimentaires". « Plus qu'une bouffée d'oxygène pour la filière arboricole après la série de difficultés auxquelles elle a été confrontée ces derniers temps avec la gelée noire ou le feu bactérien, cette aide doit absolument permettre de maintenir la qualité et le niveau de production du département, reconnu à l'international pour ses vergers. Il faudra ensuite transformer l'essai, une fois ce travail préalable effectué », indique le parlementaire. « Si ce dossier aboutit, ce sera l’un des plus gros événements de la filière depuis ces 20 ou 30 dernières années », confirme Nicolas Richier