Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous > Vient de paraître : Terres d'Horizon n°83, le bulletin d'information de la Chambre d'Agriculture 06

Vient de paraître : Terres d'Horizon n°83, le bulletin d'information de la Chambre d'Agriculture 06

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Au sommaire de ce dernier numéro :

06 à table l bilan de campagnes viti, oléiculture, maraichage l Expérimentation l Xylella l Retraite

 

20 pages pour vous informer de l'activité de la Chambre d'Agriculture des Alpes-Maritimes, des rendez-vous à ne pas manquer, des informations utiles pour vos exploitations.

 

 

L'édito du Président, Michel DESSUS


Les agriculteurs deviennent la cause de toutes les maladies et désordre du monde ;  

si nous subissions un réchauffement climatique, c’est que nos pratiques agricoles, nos vaches et nos tracteurs produisent des gaz à effet de serre, 
si les cancers se développent, c’est que nos produits ne sont pas tous bio
s’il y a la sécheresse, c’est que nous irriguons, 
s’il y a des inondations, c’est que nos cultures ne retiennent pas assez l’eau, 
si les terres agricoles sont colonisées par le béton, c’est que nous n’installons pas assez de jeunes, 
si nos brebis sont dévorées par les loups, c’est que nos troupeaux sont trop gros ou mal gardés, ...

Quelles évidences ... ! 
Aujourd’hui, nous ne pouvons plus nous taire et nous terrer face au manque de considération et aux agressions dont nous faisons l’objet. 

La société, elle, ne remet pas en question sa vision des agriculteurs. Elle a même oublié que notre mission consiste à la nourrir !

Le virage de la «transition écologique», nous l’avons pris depuis longtemps, nous n’avons pas leçon à recevoir.  Mieux nous demandons une véritable considération et une reconnaissance de notre professionnalisme. 

Nous réclamons aujourd’hui une véritable politique agricole
qui prenne en compte les problèmes de l’eau, qui s’attaque au déficit d’installations économiquement et socialement viables, une politique d’élevage pastoral qui arrête d’ignorer les désastres des loups, une politique qui replace les Chambres d’agriculture au coeur des décisions agricoles et non pas des boucs émissaires d’une insatisfaction généralisée. 

C’est pourquoi, nous avons manifesté le 5 novembre et je remercie tous ceux qui nous ont soutenu et qui s’y sont associés. 

Lors de notre session du 30 octobre, nous avons présenté notre budget 2020 sans la réduction de la taxe TAFNB. Le démantèlement de notre Chambre d’Agriculture, voulu par l’Etat dans son projet de Loi de finances 2020,  a reculé grâce à l’intervention des parlementaires. Je remercie très chaleureusement nos députés et sénateurs qui nous ont écoutés puis qui sont allés nous défendre à l’assemblée et dans les ministères. 

La bagarre n’est pas finie : nous avons la ferme volonté de faire aboutir notre projet stratégique dont l’élaboration a démarré après les élections des Chambres.
Il doit nous permettre d’être encore plus présents auprès des agriculteurs et des collectivités pour le développement de l’agriculture, de l’alimentation et des territoires. 

 

A lire aussi