Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Voeux de l'interconsulaire 04 : « L'agriculture, poumon économique du département »

«La richesse de notre département, c'est son territoire. Un territoire marqué par l'omniprésence agricole. L'agriculture est un poumon économique de ce département », dira Frédéric Esmiol, président de la Chambre d'agriculture des AHP, à l'occasion des voeux de l'interconsulaire organisés à Manosque au complexe Osco Manosco.

Évoquant une année 2017 particulièrement traumatisante pour les exploitants agricoles, Frédéric Esmiol rappellera les fléaux qui ont sinistré les paysans bas-alpins.
En tête desquels le gel printanier. « Nous pouvons exiger comme en son temps le Limousin une indemnisation à 50 % », a lancé Frédéric Esmiol, s'adressant particulièrement au préfet et aux parlementaires présents dans l'auditoire. Un gel dévastateur suivi par une sécheresse estivale tout aussi pénalisante et toujours la présence prédatrice du loup et des sangliers.

« L'année 2017 s'est déroulée dans la volonté politique du réseau des chambres de métiers de construire un projet pour les entreprises artisanales, soulignera Laure Vial, présidente de la Chambre de métiers. 2018 doit être l'année de la confiance ». « Le moral des chefs d’entreprises est au beau fixe. Tous les feux sont passés au vert, dira à son tour Roland Gomez, président de la CCIT 04. Les perspectives générales de production dans l’industrie sont à leur niveau le plus élevé depuis le début des années 2000, de même que le climat des affaires. De nombreux chantiers restent à ouvrir pour libérer notre communauté des archaïsmes qui entravent sa compétitivité et provoquent une fuite des talents. Le processus de modernisation est enclenché. Dans le département, nous disposons de formidables atouts avec des filières performantes, des entreprises emblématiques, un tourisme diversifié et un thermalisme moteur. Nous devons avoir conscience de notre potentiel et l’exploiter avec conviction ».
Restent des points noirs comme la baisse continue de la dotation de l'Etat. « Le gouvernement a décidé de diminuer de 17 %, cette année encore, le produit fiscal qui constitue l’élément clef de notre budget. En l’espace de quatre exercices, notre principale source de financement aura été amputée de 52 %. Nous devons redéfinir ses domaines d’action, en tenant compte de la loi NOTRe mais aussi des besoins contemporains de nos entreprises et de la concurrence. C’est pourquoi nous allons engager, à la fois aux plans local et régional, un processus de réflexion pour redessiner les contours d’un réseau consulaire qui doit être recentré sur quelques métiers majeurs ».

B.F