Vous êtes ici : Accueil > Nos positions > Agriculture et Société > Prédation du loup (actualités 2019)

Prédation du loup (actualités 2019)

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La population de loups, désormais estimée à 527 animaux (juillet 2019), a atteint ainsi son seuil de viabilité démographique sur notre territoire.
 

Le Gouvernement, comme il s’y était engagé l’an dernier, a fait évoluer les mesures du Plan national d’actions sur le loup et les activités d’élevage avec l’objectif :
d’infléchir la courbe des dommages aux troupeaux domestiques, tout en respectant les engagements internationaux de la France en matière d’espèces protégées.

La région PACA et plus particulièrement le département des Alpes-Maritimes, est très fortement touchée par la prédation du loup avec près de 60 % du nombre de victimes.

Dommages liés au loup du 1er janvier au 31 octobre 2019

     Bilan des attaques sur les cheptels au plan national

    Période

    2019 
    au 31 oct.

    2018
    au 31 oct. 

    2018
    (année complète)

    Nombre de constats3 464 3 0973 192
    Nombre de victimes indemnisées10 48610 41812 331

     

    Une augmentation de 11.8 % du nombre de constats et de 0.65 % du nombre de victimes indemnisées, entre 2019 et 2018.

    Prédation sur cheptels en PACA du 1er/01/2019 au 31/10/2019

     Nombre de constatsNombre de victimes
    indemnisées
    Alpes de Haute Provence586 (+8.3 %)1 546 (-13 %)
    Hautes Alpes354 (+27.8%)1 366 (+24.8 %)
    Alpes-Maritimes808 (+9.6 %)2 595 (+2%)
    Bouches-du-Rhône1058
    Var288 (-15.7%)997 (-8.7 %)
    Vaucluse18 (=)39 (+50 %)
    Total PACA2 0646 601

     

    La région PACA représente 60 %  du nombre de constats indemnisés et 63 % du nombre de victimes indemnisées. La proportion du nombre d constats est stable depuis 2017 (63 % en 2017, 62 % en 2018). 40 % des constats en PACA sont réalisés dans les Alpes-Maritimes.  En 2018, il n'y a pas eu de prédations dans les Bouches du Rhône, ce qui n'est pas le cas en 2019.

     

    Bilan des années précédentes


    Un nouvel arrêté au 26 juillet 2019

    L’arrêté ministériel expérimental du 26 juillet 2019 porte sur diverses modalités en matière de dérogations aux interdictions de destruction pouvant être accordées par
    les préfets concernant le loup.

    Les évolutions apportées concernent :

    1. L’adaptation du dispositif de tirs pour le rendre plus pertinent dans les zones quiprésentent la pression de prédation la plus importante qui se traduit par :

    la création d’un cercle 0pour renforcer la protection et le protocole d'intervention sur la population de loups.

    Le cercle 0 correspond aux communes qui ont subi plus de 15 attaques par an sur les 3 dernières années, avec un lissage pour prendre en compte des communes enclavées ou ayant des entités pastorales en commun – et un risque de prédation élevé
    Télécharger la carte des communes concernées

    Le lissage permet de couvrir les foyers de prédation en retenant des communes qui n’avaient pas subi plus de 15 attaques par an sur les 3 dernières années.
    Ainsi, le cercle 0 concerne 30 % des éleveurs attaqués de 2016 à 2018, soit environ 670 éleveurs, qui représentent à eux seuls plus de 45 % des attaques indemnisées sur la même période.

    ➔ la création du tir de défense mixte :
    Le tir de défense mixte est un tir de défense qui peut être réalisé par 3 tireurs en simultané, dès lors que les mesures de protection ont été mises en œuvre ou que
    le troupeau est reconnu comme ne pouvant être protégé.
    À partir de deux tireurs, les modalités de réalisation des opérations de tir de défense mixte sont définies, au moment de la demande initiale, après avis technique de l’ONCFS ou d’un lieutenant de louveterie.
    Seuls les éleveurs en cercle 0 ou en zone difficilement protégeable peuvent bénéficier d’un tir de défense mixte. Le formulaire de demande d’uneautorisation de tir de défense mixte se trouve en annexe 2.
    Télécharger le formulaire de demande de tir de défense

    ➔ la période de mise en œuvre du tir de prélèvement simple :
    Sans préjudice des conditions de déclenchement fixé par l’arrêté ministériel du 19 février 2018, le tir de prélèvement simple peut être ordonné par les préfets de département dès publication de l’arrêté ministériel et, le cas échéant, de l’arrêté du préfet coordonnateur délimitant le cercle 0, sur les territoires
    suivants :
    ✔ en cercle 0,
    ✔ en zone difficilement protégeable,
    ✔ en cas de dommages exceptionnels constatés au cours des 12 derniers mois sur une zone de présence permanente (ZPP) du loup non constituée en meute et isolée géographiquement d’autres zones de présence permanente.

    ➔ la modification des dispositions concernant la suspension des tirs pendant 24 h
    Lorsque le plafond minoré de 4 spécimens est atteint, seules les autorisations de tir de prélèvement simple et les autorisations de tir de prélèvement renforcé
    sont suspendues 24 h. Les autorisations de tir de défense ne sont plus soumises à cette disposition.


    2. le relèvement du seuil de destruction.

    L’arrêté ministériel expérimental porte à 17 % de la population estimé, soit 90 loups, le nombre de spécimens pouvant être tués en 2019 à titre dérogatoire.
    Par arrêté du préfet coordonnateur, ce taux pourra être porté à 19 %, soit 100 loups, pour permettre la poursuite :
    ➔ des tirs de défense simple, mixte et renforcée au niveau national ;
    ➔ des tirs de prélèvement simple en cercle 0, en zone difficilement protégeable et en cas de dommages exceptionnels constatés au
    cours des 12 derniers mois sur une zone de présence permanente du loup non constituée en meute et isolée géographiquement d’autres zones de présence permanente.