Vous êtes ici : Accueil > Nos publications > Economie, prospective

Economie, prospective

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Ce document présente quinze cas-types représentatifs de la diversité des élevages ovins allaitants présents sur les territoires du sud-est de la France sous influence méditerranéenne. Les présentations réalisées ici sont un résumé : Elles permettent de choisir le ou les cas que l’on souhaite consulter. Chacun des cas-types est...

Un éleveur transhumant avec un troupeau de 460 brebis Mérinos d’Arles en croisement viande intégral, une production d’agneaux de bergerie et une large autonomie alimentaire associant prairies cultivées et cultures de céréales, parcours locaux et estive alpine.

Un éleveur sédentaire avec 320 brebis Préalpes, une production d’agneaux de bergerie et une large autonomie alimentaire associant prairies cultivées, cultures de céréales et parcours locaux.

En moyenne montagne préalpine, un éleveur entrepreneur de garde en montagne, avec un troupeau transhumant de 500 brebis. Une production variée d'agneaux et d'agnelles de reproduction, produits à l’herbe. Une conduite quasi exclusive sur parcours, un système très économe avec achat intégral des stocks fourragers distribués.

Une exploitation avec des productions végétales au sec et un troupeau transhumant de 300 brebis. Une production d’agneaux de bergerie finis. Un troupeau très déployé sur les parcours, les surfaces cultivées étant réservées en priorité aux cultures de vente.

En zone de montagne ou défavorisée, un éleveur de 300 brebis Lacaune viande avec une production d’agneaux de bergerie démarqués, une forte autonomie alimentaire assurée par des prairies permanentes et temporaires de bonne qualité en rotation avec des cultures de méteil pour l'enrubannage, et de céréales autoconsommées.

Au nord de notre zone montagnarde alpine, un élevage avec 450 brebis Mérinos ou Communes, une production d’agneaux de bergerie finis. Une légère intensification de la conduite du troupeau et des surfaces fourragères, combinée avec la pratique systématique de l’estive.

En zone montagnarde alpine, un éleveur avec 360 brebis produisant des agneaux de bergerie. Cinq mois de bergerie intégrale obligatoire. Les surfaces cultivées qui sont réservées en priorité à la constitution des stocks hivernaux. Une fortecontribution de l’alpage et des parcours de proximité au pâturage.

En haute‐montagne alpine, un éleveur pluriactif avec 250 brebis Communes, une production majoritaire d'agneaux en bergerie, six mois d'hivernage intégral imposés par la contrainte climatique. L’exiguïté des surfaces cultivées limite la taille du troupeau et l’autonomie alimentaire.

En moyenne et haute montagne Pyrénéenne et en bordure sud‐est du massif central, des éleveurs en reconquête sur des zones en déprise. Avec au départ un troupeau de taille limitée, pour évoluer ensuite vers des trajectoires diversifiées. L’attrait de ce cas type réside dans son accessibilité à des installations faiblement...