Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous > Loup : La Sénatrice et le Député des Hautes-Alpes solidaires des éleveurs !

Loup : La Sénatrice et le Député des Hautes-Alpes solidaires des éleveurs !

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Communiqués de Mme la Sénatrice Patricia MORHET-RICHAUD et de Monsieur Joël Giraud, Député des Hautes-Alpes

• Patricia Morhet-Richaud, Sénatrice des Hautes-Alpes, demande que les mesure du Plan Loup soient remises à plat.

« Front de libération du Champsaur », « barrages filtrants », « ferme de la colère » devant la Préfecture des Hautes-Alpes, autant d’actions emblématiques menées par les agriculteurs ces derniers jours pour manifester leur colère mais surtout pour exprimer leur désespoir.

En effet, alors que les attaques ne cessent d’augmenter malgré les mesures de protection des troupeaux et encore récemment dans le Valgaudemard, les éleveurs n’en peuvent plus ! Alors qu’ils produisent une agriculture de qualité grâce notamment à l’élevage extensif, leur travail est mis à mal et aujourd’hui, se pose plus que jamais la question de la survie du pastoralisme en montagne.

Malgré des requêtes incessantes formulées auprès de l’Etat en tant que Sénatrice des Hautes-Alpes et Présidente du Groupe pastoralisme au Sénat, Patricia MORHET-RICHAUD regrette que le Préfet coordonnateur ne prenne pas la réelle mesure de la situation notamment sur le territoire du Parc National des Ecrins. « L’indemnisation du cheptel prédaté ne peut pas être la seule réponse car se pose bon nombre d’autres problèmes comme la biodiversité, l’érosion ou la diminution du nombre de marmottes par exemple. Chacun peut s’accorder je pense sur le fait que les mesures de protection actuelles du Plan Loup sont inefficaces car inadaptées. » a-t-elle déclaré.

Lors du dernier groupe national loup les chiffres de l’ONCFS n’avaient d’ailleurs même pas été communiqués alors que le seuil de viabilité de l’espèce, fixé à 500 loups, est dépassé depuis longtemps (540 individus communiqués à ce jour). La parlementaire haut-alpine rappelle qu’avec des collègues sénateurs, ils ont également entrepris une action de sensibilisation auprès des parlementaires européens pour faire évoluer les dispositions relatives à la Convention de Berne et la directive Habitat en particulier.

 

• Joël Giraud, Député des Hautes-Alpes

Bien que peu adepte de la vidéo parodiant un groupe terroriste, le député des Hautes-Alpes et Rapporteur général du budget Joël Giraud tient à dénoncer les propos inadmissibles de l'association FERUS qualifiant des éleveurs qui ne demandent qu'une légitime protection de " vermine agricole ". Faire ainsi fi de la détresse des éleveurs par ces propos ne peut que rajouter de l'huile sur un feu qui couvait déjà.

Devant l'augmentation de la population de loups, le « plan loup » pourtant bien mieux adapté que son prédécesseur est déjà dépassé. C'est un constat que nous devons tous faire. Aujourd'hui, la sauvegarde de circuits courts et de qualité dans l'élevage ovin passe par un durcissement de ce plan.

Joël Giraud a personnellement demandé à cette fin le soutien du Ministre de l'Agriculture et sa venue rapide sur le territoire car, dans l'équilibre à trouver, la balance doit pencher en faveur du maintien de l'élevage traditionnel de montagne.