Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous > Modernisation des serres : pour investir plus sereinement

Modernisation des serres : pour investir plus sereinement

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Lancé pour la première année en 2020 afin d’aider à la modernisation des installations sous abri, le dispositif de modernisation des serres de la Région Sud est reconduit cette année. Le programme devrait permettre de soutenir un plus grand nombre de candidats. La profession le souhaite.

Le plan d’aide à la modernisation des serres, reconduit par la région Sud en 2021, est l’aboutissement de plusieurs années de mobilisation de la profession agricole dans le département des Bouches-du-Rhône.

La crise n’en a pas fait oublier aux exploitants du département la nécessité d’investir et de moderniser leurs structures agricoles. La reconquête des marchés et la compétitivité des exploitations reposent, en effet, sur la modernisation des outils. Mais, au fil des années, les aides publiques à l’investissement pour rénover les serres étaient devenues inaccessibles pour les producteurs du département. 

La Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône, son pôle maraîchage et leurs partenaires, ont travaillé plusieurs années sur la relance de l’investissement dans le secteur du sous abri. Un programme a pu enfin aboutir en 2020. La Région Sud a lancé un appel à propositions pour un fonds Feader d’aides à la modernisation des serres et d’équipements rattachés. Le contexte sanitaire et l’incertitude économique de l’année écoulée n’ont pas aidé les porteurs à engager des démarches pour investir dans leurs structures et déposer des dossiers d’aides. Mais le dispositif a permis de subventionner plusieurs projets dans la région et, sur la base de financements de la Région Sud et européens, l’enveloppe de 750.000 € mise en place a presque été consommée entièrement.


“Sans aide, nous n’aurions pas pu“

Six exploitations de la région ont déposé un dossier pour en bénéficier. Les projets de cinq d’entre elles ont été retenus, dont trois dans le département des Bouches-du-Rhône.
Pour sélectionner les dossiers, “la Région a établi une grille de critères attribuant des points en matière de respect de l’environnement, sur l’aspect innovant du projet et sur les volets économiques et sociaux. Les dossiers comptabilisant le plus de points sont retenus jusqu’à l’épuisement de l’enveloppe _nancière. Dans le département des Bouches-du-Rhône, deux dossiers sur Saint-Rémy-de- Provence (serres verre semi-fermée) et un sur Graveson (multi-chapelle) ont bénéficié du dispositif“, explique Lucas Tosello, conseiller maraîchage
à la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône, en charge de l’accompagnement des producteurs pour candidater à ce fonds. Agriculteur à Saint-Rémy-de-Provence, Jean-Pierre Perez, 50 ans, a été l’un d’entre eux. Il vient d’achever sa nouvelle installation. Une serre verre semi-fermée de 10 000_m² dans laquelle il produira bientôt des tomates. “Si nous n’avions pas bénéficié du plan d’aide, nous n’aurions clairement pas pu réaliser notre projet, ou bien nous aurions largement revu nos ambitions“, explique le maraîcher.
Son projet était de monter une serre en verre pour produire des tomates, mais surtout remplacer des équipements qui dataient de 1986. “Nous avons pu investir dans un outil beaucoup plus moderne, qui coûte entre 20 % et 30% de plus qu’une serre classique“, souligne-t-il. Mais son nouvel outil va aussi considérablement améliorer son exploitation à plusieurs titres.
“Sur l’aspect environnemental, la serre semi-fermée permet de réduire considérablement les intrants. Les seuls traitements réalisés le seront avec des produits de biocontrôle. La consommation d’eau est aussi réduite et bien mieux maîtrisée, grâce à un système de recyclage des effluents.
L’installation d’un système de refroidissement va nous permettre également de maîtriser la température dans la serre, et d’offrir aux plantes de bien meilleures conditions pour produire.“  Autant d’améliorations appréciées par le maraîcher, inscrit dans une démarche ‘Zéro résidus de pesticides’, mais aussi certifié Haute valeur environnementale (HVE).

 

“C’est le moment ou jamais“

Sur l’aspect social aussi, les postes de travail ont été améliorés avec, par exemple, l’installation de gouttières à hauteur d’homme pour les salariés, ou encore de chariots de récolte et d’entretien électriques.
Enfin, au plan économique, “les rendements ont augmenté de 20 %. Il faut dire aussi que les serres précédentes avaient 35_ans. Mais l’objectif n’était pas celui-là. L’outil nous permettra aussi d’aller plus facilement dans de la diversification, des petits fruits, des variétés plus difficiles, etc.“, complète Jean-Pierre Perez.
Début 2021, pour la deuxième année consécutive, l’appel à projets porté par le Conseil régional sur la modernisation des serres a été publié. Il vise toujours à soutenir les maraîchers dans la construction ou la rénovation du sous abri. Il restera ouvert jusqu’au 25 juin. Et la Chambre d’agriculture s’attend à davantage de candidatures.
Comme le rapporte Lucas Tosello, “nous avons déjà trois dossiers en cours. Au moins trois autres sont en phase de constitution, mais il est fort probable que d’autres candidats se positionnent“. Un intérêt pour le plan d’aides que confirme Éric Testud, élu à la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône et en charge du volet maraîchage : “Cette année, beaucoup plus de dossiers devraient pouvoir bénéficier des soutiens. Nous constatons déjà davantage de sollicitations de la part des exploitants. Il faut maintenant voire si ces projets pourront se traduire en candidature viable, et bénéficier ensuite de subventions“.
Aussi, le représentant professionnel encourage vivement les candidats potentiels. “Nous sommes très heureux d’avoir pu obtenir le renouvellement le dispositif en 2021, et nous encourageons tous ceux qui envisagent d’investir de se manifester.
En fonction des situations, les taux d’aides peuvent grimper jusqu’à 25 %. Il ne faut pas hésiter, c’est le moment ou jamais, car rien n’est certain pour le futur“, ajoute Éric Testud, qui souhaite néanmoins parvenir à accompagner une dizaine ou une quinzaine de projets cette année, pour espérer une reconduction des soutiens de la Région.
En effet, la Région Sud a d’ores et déjà débloqué 500 000 euros, “mais l’enveloppe reste ouverte“, précise
Éric Testud. D’autant que le Conseil départemental des Bouches-du- Rhône a indiqué qu’il répondrait aussi présent, pour appuyer les projets qui ne pourraient bénéficier du plan, en cas de consommation totale de l’enveloppe.
Ajoutons qu’à côté de ce dispositif Feader, les exploitants peuvent également se tourner vers les mesures du Plan de relance de l’État pour être soutenus dans leurs investissements, sans oublier le Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations (PCAE).

Source Agriculteur Provençal . Auteur : Emmanuel Delarue
 

A lire aussiEn savoir plus

Actualités en relation