Vous êtes ici : Accueil > Les Actualités proches de vous > Réduire l'utilisation du cuivre en agriculture

Réduire l'utilisation du cuivre en agriculture

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le Ministère de l'agriculture a publié le 15 juillet une feuille de route pour réduire l'utilisation du cuivre en agriculture, notamment en agriculture biologique.

Par ailleurs, l’ANSES révise les autorisations: l’utilisation de produits phytos contenant des composés de cuivre est restreinte à une dose maximale de 28 kg/ha de cuivre sur une période de 7 ans, soit une moyenne de 4 kg/ha/an.

Le 27 novembre 2018, la Commission Européenne a renouvelé l’approbation du cuivre en tant que substance phytopharmaceutique pour une durée de 7 ans mais a demandé aux États membres de veiller à ce que les quantités autorisées ne dépassent pas le minimum nécessaire pour obtenir les effets désirés et ne provoquent aucun effet inacceptable sur l’environnement.

Le 15 juillet 2019, le Ministère de l’agriculture a publié sa feuille de route pour la diminution de l’utilisation du cuivre en agriculture, et notamment en agriculture biologique.
L’État souhaite encourager cette transition et susciter la mobilisation de tous les acteurs des filières agricoles concernées pour réduire les usages de cuivre.
Cette feuille de route fait suite aux conclusions de l’EFSA sur les risques sur la santé et l’environnement de cette substance. Elaborée pour mieux coordonner les actions et assurer leur cohérence, elle résulte des travaux d’un groupe de travail auquel ont participé les administrations compétentes et les acteurs de la recherche et du développement : INRA, ACTA, ITAB, APCA et FNAB.  

Elle détaille les actions à mener, autour de 5 axes :

  • Axe 1 : encourager la recherche, l’innovation et l’acquisition de connaissances sur les pathogènes, les impacts de l’usage du cuivre, la réduction des doses et le développement d’alternatives
  • Axe 2 : diffuser et encourager lesbonnes pratiques et le recours aux alternatives du cuivre qui sont déjà disponibles
  • Axe 3 : adapter la réglementation pour favoriser le développement des solutions alternatives
  • Axe 4 : accompagner et former les agriculteurs dans le changement de pratiques
  • Axe 5 : valoriser ce travail et mutualiser les efforts au niveau européen, notamment avec l’Allemagne, engagée dans une démarche de réduction de l’utilisation du cuivre

Les Chambres d'agriculture seront bien entendu des acteurs majeurs de cette transition, fortement mobilisées sur les axes 1, 2 et 4 notamment, auprès des agriculteurs bio et conventionnels.


Contact

Sophie Vannier
04 90 23 65 11
sophie.vannier@remove-this.vaucluse.chambagri.fr